Histoire de mon inscription (3/4)

Inscription au pair - Étape n°3 : La recherche de ma famille d'accueil

Étape n°3 : « La recherche de ma famille d’accueil »

Trouver une famille est l’étape la plus stressante. On ne sait pas si des gens seront intéressées par notre profil. On se pose beaucoup de questions et on espère pouvoir dégoter une famille avec laquelle on sera à l’aise dans la vie quotidienne. On sait que l’on va passer une année à leurs côtés : on ne veut pas faire le mauvais choix. 

Mes craintes se sont rapidement effacées. Lorsque mon dossier a été accepté par l’agence américaine, il a été mis en ligne dans la nuit. Avant d’aller me coucher, j’ai pu voir mon profil sur le site. À ma très grande surprise, j’ai pu constater lorsque je me suis réveillée qu’une famille m’avait déjà contactée par e-mail. Je dois avouer que j’ai eu une petite montée de stress et d’excitation en même temps. Dans ces moments là, plein de questions nous viennent à l’esprit. La famille avait joint une lettre à leur e-mail en m’expliquant leur démarche ainsi que ce qu’ils recherchaient comme profil de jeune fille au pair. Tout était clair et précis. Une photo de leur enfant avec leur chien était jointe. Cela m’a mis assez à l’aise. J’ai donc répondu à leur message et nous avons fixés un entretien par Skype pour le lendemain.

L’entretien téléphonique était le moment le plus stressant. Je savais que je m’apprêtais à être devant des personnes que je ne connaissais pas. Je me demandais quelles questions j’allais bien pouvoir leur poser. J’espérais ne pas être trop mal à l’aise et que la conversation se fasse naturellement. Au final, tout s’est bien déroulé. J’avais stressé pour rien. Seule la maman était présente, mais le feeling est très bien passé. À la fin de mon entretien, qui a duré environ 30 minutes, elle m’a proposé de me rappeler le lendemain pour que je puisse voir son mari et son fils. Le samedi, j’ai donc pu parler avec toute la famille : ils m’ont mise très à l’aise. Ils m’ont directement proposé d’être leur « au pair » pour l’année prochaine et m’ont laissé le temps de pouvoir y réfléchir.

Au début, je pensais que j’allais prendre quelques jours pour décider. Comme c’était la première famille qui m’avait contactée, je me demandais si je devais attendre de rentrer en contact avec d’autres pour ne pas regretter. Mais finalement, le jour suivant, après y avoir longuement réfléchi, j’ai choisi d’accepter. Je me sentais à l’aise à l’idée d’aller vivre chez eux. Après leur avoir donné ma réponse, j’ai reçu un mail d’une autre famille. À ma grande surprise, je n’ai pas regretté une seule seconde mon choix. Aujourd’hui, il me tarde de pouvoir les rejoindre.

Il est vrai que je ne suis pas rentrée en contact avec beaucoup de famille, mais je pense que lorsqu’on a un bon pressentiment —et c’était mon cas— il ne faut pas hésiter.

En très peu de temps, j’avais donc trouvé ma famille.

Margaux, Washington DC, 2019